Premières navigations 2020 tant attendues…

juin 7, 2020 dans Dernières nouvelles

Après un printemps totalement confinés les premières sorties de Soprano furent des plus appréciées avec un équipage réduit pour respecter les directives « Covid » décidées.
C’était même peut-être Soprano le plus heureux de se dégourdir les voiles après un hivernage prolongé à Concarneau. Du 17 au 19 juin, il commence par deux jours de ronds dans l’eau pour vérifier que tout fonctionne et que les travaux d’hivernage sont bien opérationnels. Après quelques mises au point notre cher Soprano reçoit son « bon à naviguer » pour la saison 2020.
Puis deux navigations s’enchainent : l’une du 20 au 24 juin pour un Concarneau-Brest et l’autre du 25 au 28 juin pour du cabotage en Iroise et dans la rade de Brest.

Concarneau Brest du 20 au 24 juin

Pour aller de Concarneau à Brest Soprano a un copain puisque Spiruline le brestois est venu le retrouver. Les deux bateaux se connaissent bien et s’en donnent à cœur joie avec pour le premier jour un mouillage aux Glénans avant de se retrouver le soir au port de Lesconil.

Concarneau Brest

Concarneau Brest

Le lendemain on se rapproche du raz de sein pour un passage en conditions favorables et nos deux « First » passent la nuit sur un mouillage à St Evette près d’Audierne. Ils prennent l’apéro de concert en respectant les gestes barrières.
Le jour suivant, cap sur l’Ile de Sein où les deux équipages apprécieront d’en faire le tour – certains parleront d’une sortie » terriblement déconfinante ». Se retrouver au mouillage à l’ile de Sein au début de l’été avec des soirées à rallonge et des couchants plein Ouest au moment de l’apéro, on en oublie vite ce drôle de printemps.
La dernière journée se déroule sous très peu de vent et on dépoussière les spis. On s’arrête à Camaret après un peu de « rase cailloux » sous voile en passant entre les fameux rochers du Tas de Pois. Mais que cette presqu’ile de Crozon est belle avec ses falaises abruptes qui semblent défier la mer !!

Alain sous spi

Alain sous spi

Avant de retourner sur Brest pour embarquer les équipiers de la seconde navigation, on procède à des tests des batteries qui donnent des sueurs froides à Marc notre président. Pendant une bonne partie de la journée de changement d’équipage, Soprano est sans batterie opérationnelle. Grâce à l’intervention de « Marée Haute », notre chantier de Concarneau, les batteries sont opérationnelles en fin d’après-midi et Soprano file sur Brest au moteur pour embarquer le nouveau bord.

Réglages... réglages fins même !

Réglages... réglages fins même !

Cabotage en Iroise et en rade de Brest du 25 au 28 juin

Soprano et Spiruline se sont tellement bien entendu entre Concarneau et Brest qu’ils décident de repartir ensemble et ils sont contents de voir un troisième larron, appelé Jack, (bateau de location) se joindre à eux. Avec trois « First » il y a de la compétition et de belles histoires dans l’air.
Le premier jour départ de Brest avec une sortie au moteur du goulet de la rade pour manque de vent et un cap sur Ouessant. A mi-chemin la brise se lève et les trois compères gardent les voiles jusqu’au mouillage à Lampaul où les trois équipages envahissent la crêperie avec les gestes barrières comme il se doit.
Le lendemain une grosse journée nous attend avec un départ vers Molène à 7h pour prendre le Fromveur dans le bon sens avec les courants. On ne rigole pas avec ce passage dont les eaux très agitées surprennent toujours.
Malheureusement il faut se contenter d’un tout petit stop pour déjeuner sur Molène sans y descendre car de forts vents sont attendus dans la nuit et il nous faut rejoindre un abri plus sûr. On ne traîne donc pas car encore une fois il faut prendre les courants dans le bon sens dans le Chenal du Four.

Un stop à Camaret pour attendre la renverse dans le goulet de la rade de Brest puis un joli bord de travers avec 20 nœuds de vent nous permet de traverser la rade et de remonter les méandres de l’Aulne avant de mouiller vers 20h non loin du Pont de Terenez. Le ti punch est mérité.

Dans la nuit le vent se lève et le mouillage de Soprano se révèle fragile. Pour éviter de déraper l’équipage lève l’ancre et redescend la rivière dans la nuit noire et sous une pluie battante pour rejoindre un solide ponton du port du Château (Brest). Les équipiers s’en souviendront.

de belles navigation dans des lieux magiques

de belles navigation dans des lieux magiques