Navigation de Porto à Lisbonne

août 4, 2019 dans Dernières nouvelles

Cette navigation s’est déroulée du 23 au 31 juillet 2019 et est racontée par Manu, Chef de bord.

Le temps

Les 4 premiers jours de navigation : bruine, brume, nuages bas, peu de visibilité et surtout peu de vent de sud-ouest… pile dans le pif !

Les 4 derniers jours de navigation : grand beau dès 7h du matin, bon vent de nord ou nord-ouest ou nord-est.

La mer

Dès la sortie de Porto, une mer sans vagues mais avec des ondulations hautes et serrées qui obligent à bien s’écarter de la côte, puis une houle de dingue et hâchée, tous les jours jusqu’à Lisbonne. Et beaucoup de dauphins…

La mer

La mer

Les dauphins !

Les dauphins !

Plan de voilure

Ce sera la GV haute ou à 3 ris et un génois plein ou roulé à 2 ris. Impossible de lancer un spi à cause de la houle. On n’arrivait même pas à tenir un vent arrière avec les voiles en ciseaux ! On a navigué au grand largue. Des étapes en trace directe de 30 à 45 miles mais en fait on n’a jamais fait de trace directe

Les paysages

Un ruban de sable pendant des kilomètres et des kilomètres jusqu’à Peniche, peu de végétation, tout est plat ! A partir de Nazaré et son phare rouge bien connu, le spot pour voir les championnats de surf, des falaises plutôt rougeâtres, des arbres, quelques villages, …. Petit tour dans les îles Berlenga en face de Peniche, puis Cascais (le Saint-Tropez local) et ses maisons huppées….

Nazaré

Nazaré

Poissons

Poissons

Les marinas

Porto, Aveiro (mouillage), Figueira da Foz, Nazaré, Peniche, Cascais et Lisbonne. Ce sont des hôtels sur l’eau variant d’une à cinq étoiles, très sécurisés pour certains avec des badges et des cautions de 20 à 35 euros pour chacun de ces précieux sésames. A Porto, compris dans le prix de la nuit, un employé de la marina vient même vous livrer du pain frais au bateau !

Dans les ports : aucune météo affichée, pas de prévisions de vent, de mer, de marées… pour tout cela, on est prié d’aller sur Internet ! Et sur Internet, tous les jours, c’était du grand n’importe quoi… La seule météo fiable était celle au dessus du mât ! A bord nous avions un brésilien, un super atout pour communiquer à la VHF avec les capitaineries ou chez les commerçants.

Tourisme

Une journée merveilleuse de balade à Coimbra à 40km de Figueira da Foz avec le train. C’était l’ancienne capitale du Portugal devenue aujourd’hui la 3è ville économique du pays. Une université légendaire, une superbe cathédrale, des azuleros de toute beauté et pour les papilles, des hostias ou des pasteis de Santa Clara et du porcelet grillé au four pour le déjeuner.

Et puis Lisbonne le dernier jour… superbe ville un peu trop envahie de touristes en août…. Mais magique tout de même. Et qu’est-ce qu’on mange bien dans ce pays !

Plaisir

J’ai pris beaucoup de plaisir à sensibiliser l’équipage aux réglages quasi permanent des voiles, un œil dans les pennons et sur la girouette à en avoir mal au cou, l’autre dans l’observation de la mer, la houle et les risées.

J’avoue que je n’ai pas fait faire d’exercices de manœuvres de port quand le vent soufflait entre 22 et 28 nœuds. Et les arrivées dans les ports étaient assez touchy. Et la remontée du Tage au près entre 18 et 30 nœuds dans un vent tourbillonnant mais sous le soleil… en rasant la Tour de Belem, le Monument des Découvertes, puis Lisbonne…. le pied…  et très bonne ambiance à bord.

Belem

Belem

Belem

Belem